Interview Bastien Perez, Direction artistique « Musicalarue »

 

Depuis 3 ans maintenant, le festival « Musicalarue » utilise la solution SealStation développée par Agp Système afin de gérer au mieux les entrées du festival, d’éviter au maximum la fraude et de gagner en fluidité. Découvrez l’interview de Bastien Perez, travaillant au sein de la direction artistique de Musicalarue. Il nous raconte son expérience et les biens-faits des SealStations depuis qu’il les utilise.

bastien perez festival musicalarue

Pouvez-vous nous présenter votre parcours, ce que vous faites actuellement, vos missions ?

Je m’appelle Bastien Perez, je m’occupe de la direction artistique et technique pour l’association « Musicalarue ». Cela consiste en des choix artistiques, la programmation de l’enceinte musique et également les accueils techniques des groupes. On a une équipe de 15 personnes sur la période pour organiser tout cela.

Pouvez-vous nous parler un peu plus en détail de votre association Musicalarue ?

C’est un festival au mois d’août sur 3 jours avec plus de 80 artistes répartis sur 14 espaces scéniques, une salle de spectacle à l’année, des actions hors les murs et une association impliquée dans beaucoup de réseaux nationaux des fédérations de festivals, des réseaux régionaux etc. Les esthétiques sont assez variées puisqu’on propose sur le festival 2 sites : 1 site musique et 1 site art de rue. Le festival se déroule à Luxey dans un village d’environ 700 habitants et qui sur 3 jours accueillent plus de 50 000 personnes. Une fragilité par rapport au contexte de territoire, aux populations locales et aux espaces de vie puisque accueillir 50 000 personnes sur 3 jours dans un petit village comme celui-ci est un défi à part entière. Cette année nous sommes sur la 28ème édition qui va se dérouler les 12-13-14 août 2017.

festival ville luxey musicalarue artistes musiques

Vous développez des actions de diffusion, de promotion de la chanson et d’animation du territoire avec « Musicalarue sur un plateau », « Musicalarue à domicile » … Quel est l’objectif ?

Les objectifs sont assez variés. Le tout c’est déjà de faire perdurer ce pour quoi l’association a été créée, c’est-à-dire animer un territoire, faire vivre un village. Au départ tout commence par une fête de village qui a bien tourné puisque celle-ci au fil des années s’est transformée en un festival. L’idée est de garder toutes ses valeurs humaines et d’amusement de façon professionnelle car il y a des publics à accueillir, des contraintes de sécurité etc.

Nous avons mis en place des «Musicalarue à domicile» qui sont des concerts chez l’habitant. On décide d’aller au plus près des populations qui ne se sentent pas forcément concernées par le festival et mettre en pratique le slogan « Si tu ne viens pas à Musicalarue, Musicalarue viendra à toi ». Le but est de passer des soirées sympathiques et de leur faire changer d’avis.

En ce qui concerne « Musicalarue sur un plateau », on pilote un collectif de plus de 30 opérateurs culturels aquitains. C’est une journée gratuite. Chaque membre de ce collectif propose un artiste qu’il souhaite soutenir. Cela permet chaque année d’avoir une cartographie des musiques en voie de professionnalisation sur le territoire et de faire connaître leurs projets au public qui se rendent sur cette manifestation. L’idée c’est que tous ses opérateurs montrent un peu ce qui se fait dans leur coin par leur proposition artistique et que les collègues professionnels puissent voir un peu tout ce qui se passe. Le but est aussi de s’engager sur la saison d’après et programmer des spectacles selon ses goûts et ses possibilités. Cela permet aussi d’amorcer une dynamique des groupes en voix de professionnalisation et de les faire connaître au-delà de leur département de prédilection.

On organise aussi beaucoup de concerts hors les murs, on peut parler des concerts en centre pénitentiaire, en centre culturel etc.

Depuis 2 ans, nous gérons une salle de spectacle à Luxey (Les Cigales) qui vient renforcer toutes nos autres actions et créer un point fixe et un repère sur le territoire.

festival musicalarue scenes artiste 3 jours

Cette année sera la 28ème édition du festival, comment expliquez-vous cette longévité dans un village qui comprend très peu d’habitants ?

C’est un projet qui vit car il a un historique. C’est quelque chose qui sort de la terre qui n’a pas été posé là par hasard. Une évolution lente mesurée puisqu’au niveau du festival on est sur la 28ème édition mais avant ça il y a eu les 20 ans de la fête du village donc il a fallu petit à petit convaincre, faire ses preuves. Je pense que du jour au lendemain si on pose un festival comme celui-ci dans le village de Luxey, cela ne peut pas marcher pour toutes ses raisons évoquées. Il faut que ce soit construit, réfléchis, concerté. Cela passe bien sûr par l’adhésion des habitants puisque c’est leur village.

Il y a aussi les retombées économiques du festival sur un territoire comme le nôtre puisque beaucoup sont étonnés que dans notre village il y ait une épicerie, un bar, un traiteur, un Bar associatif, une poste, une boulangerie etc… C’est rare que ces services soient encore en vie dans un village comme le nôtre. Le festival contribue en grande partie par ses retombées économiques directes et indirectes.

En matière d’adhésion publique je pense qu’on est un des derniers festivals à proposer autant de groupes, autant de scènes dans un petit village comme Luxey. Il a fallu que l’association grossisse et le festival également. On va dire que 60% du public vient au festival quelle que soit la programmation, car avant tout il y a un projet, un village, des habitants, une générosité par ces 80 artistes, ces 14 scènes, une enceinte art de rue qui joue de 16h à 22h, une enceinte musique qui joue de 18h à 6h30 du matin. Pour un billet d’entrée à 33 euros, on a accès à tous ces lieux sans cloisonnement. Cela permet de passer de bonnes soirées et de retrouver un esprit fédérateur tel que la définition du festival a été établie.

sealstation cashless machines bracelets controle d'acces festival musicalarue

Pouvez-vous nous présenter brièvement ce que sont les SealStations et pourquoi les utilisez-vous ? 

Comme tous les festivals, on a une logique économique. La fraude est un de nos principaux ennemis car il faut que l’on équilibre nos comptes pour un festival auto-financé à hauteur de 80%. On s’était rendu compte par les contrôles de bracelets, que chaque année et de plus en plus on mettait le doigt sur des bracelets soit contrefaits soit déjà utilisés. Il fallait que l’on réagisse sachant que nous avons plusieurs spécificités : un village, 2 enceintes, le camping, des horaires, des luxois, des abonnés sur lesquels nous ne souhaitons pas qu’il y ait des sorties définitives, pour que les gens puissent aller se reposer car les journées et nuits sont longues. Il nous fallait trouver un système fiable. Les SealStations sont un bon compromis et une réponse adaptée par rapport à nos besoins de sécurisation des bracelets. Il y a aussi un confort d’utilisation de ces bracelets qui est assez intéressant. Il y aura toujours des fraudes quel que soit le système mais si on travaille sur les SealStations depuis 3 ans c’est qu’on s’y retrouve sur ces 2 critères principaux que j’ai évoqués : confort d’utilisation et sécurisation.

Avant les SealStations vous utilisiez quoi ?

Avant nous étions sur des bracelets autocollants, tyvek, papiers, tissus avec une bague métallique, plastique etc. Tout permet de frauder, nous essayons surtout de le limiter. Il est beaucoup moins facile de frauder avec les SealStations mais il faut qu’il y ait un contrôle adapté sur ce type de bracelet pour que cela fonctionne c’est à dire un contrôle visuel et une manipulation pour vérifier que les bracelets ne soient pas trafiqués etc.

Combien de machines sont mises en place sur le festival ?

Nous avons une vingtaine de machines.

Depuis quand travaillez-vous avec Agp Système et pourquoi avoir choisi Agp ?

Nous travaillons ensemble depuis 3 ans maintenant. Je les ai découvert il y a 6-7 ans au BIS à Nantes. C’est vrai que directement le produit nous a alerté. On a fait le choix de travailler avec eux car ça s’est bien passé aussi en termes de rapport de confiance entre les structures. Cela a fonctionné, donc tant que ça fonctionne, on reste fidèle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *